Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique

Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique, le thème retenu en 2012 pour lépreuve de culture générale et expression en cycle de B.T.S., surprend par sa longueur. Les domaines qu’il couvre sont vastes et l’interprétation de la conjonction de coordination « et » peut être multiple.

Il peut s’agir d’étudier l’incidence de la révolution numérique sur les paroles, les échanges et les conversations.  Cependant cette interprétation est restrictive et nécessite de toute façon d’étudier préalablement ce que couvrent  ces termes. On peut également considérer que le sujet porte principalement sur les notions de paroles, échanges, conversations, la dimension de révolution numérique venant simplement s’ajouter à ce vaste domaine. Les modifications que la révolution numérique pourrait opérer font alors partie du sujet mais n’en sont pas le centre. Cette seconde approche ouvre un champ d’investigation plus large et paraît préférable dans la perspective de la  préparation aux épreuves du B.T.S.

Permanence et contingence sont au centre de la réflexion qui doit être menée. Paroles, échanges, conversations sont depuis toujours au cœur de l’activité humaine. Quels que soient les peuples, les civilisations, les ethnies aucun anthropologue n’a rencontré de peuple qui ne parlait pas, n’échangeait pas, ne conversait pas. Ces pratiques sont d’ordre naturel. Il faut trouver leur origine dans la « nature humaine ». Il y a par conséquent une impression de permanence, d’intemporalité. Et dans une certaine mesure le contenu des propos et la manière d’échanger sont immuables. On dit ses craintes, ses désirs, ses besoins, ses passions, sa stratégie en vue d’atteindre un objectif, on crée des codes que l’on transgresse par moment pour organiser le groupe, et surtout, on raconte le monde avec  des mythes et on le domine grâce aux découvertes scientifiques qui jalonnent les progrès de l’humanité. Ce fonctionnement des échanges est analysé par des linguistes tels que Jakobson, Barthes, Kerbrat-Orecchioni. Les médecins cernent de leur côté les maladies et lésions qui viennent perturber ce processus normal.

Pour autant, ce serait une erreur de croire que les paroles, échanges, conversations, ont toujours été les mêmes, quels que soient les époques, les civilisations et les moyens techniques disponibles, seule la révolution numérique venant modifier des pratiques immuables (ce que l’on pourrait penser en lisant superficiellement le thème du B.T.S.). Au contraire, les paroles, les échanges, les conversations, plus que toute autre chose, expriment une civilisation, une culture, une manière d’être au monde. Le linguiste Hagège illustre cette idée dans sa défense de la langue française. En ce sens on doit être attentif à leur évolution perpétuelle. Ils témoignent de l’Histoire. On ne communique par de la même manière, on ne se dit pas la même chose, on n’établit pas les mêmes relations dans le cercle familial, social, économique, religieux ou politique selon l’époque et le lieu ou l’on se situe.  Une culture s’imprime et se développe dans les modalités de l’échange. Les variations que l’on constate, tant dans le fond que dans la forme en matière de communication permettent de différencier les civilisations les unes par rapport aux autres. Et les « non dit », ce qu’il convient de taire évolue également et fait partie intégralement du sujet. De même le style, l’expression directe des choses ou au contraire les détours de langage par le biais de figure de style ou de formule de politesse ne doivent pas être oubliés.

Dans cette perspective, il faut se demander si la révolution numérique poursuit l’élan occidental des siècles précédents en augmentant simplement son amplitude, ou si au contraire elle produit une orientation nouvelle et se trouve à l’origine d’une nouvelle culture.

Les différents documents que vous étudierez cette année vous permettront d’entrer dans le sujet, d’en comprendre la problématique mais certainement pas d’en faire le tour, tant il est vaste. Il convient surtout d’acquérir une méthode de travail, de développer une ouverture d’esprit et d’éveiller votre curiosité et votre sensibilité par rapport aux différents enjeux de ce thème.

Bon courage à tous !

Partager cet article :
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Digg
  • del.icio.us
  • Wikio
  • Technorati
Tags : , , , , , , , , , ,

Comments are closed.